50% des sites web sur le coronavirus pourraient tenter de nous infecter

Alors que l’épidémie du virus Covid-19 met la planète en alerte, des pirates informatiques tentent de profiter de la situation. Selon des études, près de 50% des noms de domaine traitant du coronavirus sont susceptibles d’être malveillants.

Le monde est en état d’alerte, alors le coronavirus continue de se propager à travers le monde, ce qui place les autorités et les gouvernements sur le qui-vive.

Avec la panique susciter par le virus, plusieurs se ruent sur le web pour suivre la propagation du virus, savoir comment s’en protéger et suivre l’évolution du dossier.

Comme dans toute situation de crise ou dans un cas où un gros sujet accapare l’attention, les pirates informatiques redoublent d’efforts pour profiter de la crise et tenter de nous infecter à leur façon avec un virus informatique.

Si l’on en croit quelques études qui ont été faites par des chercheurs informatiques, ces pirates ont vraiment pris les grands moyens pour tenter de nous piéger.

Coronavirus Covid-19 faux sites web

Méfiez-vous des sites web qui traitent du coronavirus.

Faux sites, faux courriels, fausses cartes et fausses applications sur le virus

Lorsque le coronavirus est devenu de plus en plus médiatisé au début du mois de février dernier, des pirates avaient déjà lancé des hameçons à l’eau en propageant de faux courriels à l’image d’autorité sanitaire.

Les supercheries et les techniques d’hameçonnage traitant du coronavirus se sont depuis multipliées et diversifiées.

L’entreprise de cybersécurité Check Point a publié une recherche de la situation sur le web. Depuis janvier dernier, 4000 noms de domaines en lien avec le coronavirus ont été enregistrés. De ce nombre, 3% se sont avérés malicieux (120 sites) et 5% sont jugés louches (200 sites).

Les chercheurs indiquent que près de 50% des noms de domaines enregistrés depuis janvier sont susceptibles d’être malveillants et ont pour but de nous faire installer un virus ou un logiciel malveillant.

De son côté, Shai Alfasi de l’entreprise de cybersécurité Reason Labs a mis en lumière un des stratagèmes utilisés par les pirates: créer de fausse carte de propagation du coronavirus.

Il semble en effet que des pirates ont créé de fausses applications sur le coronavirus et de fausses cartes pour supposément suivre la propagation du Covid-19.

Coronamap coronavirus covid-19

Voici un exemple de fausse carte sur le coronavirus.

 

En réalité, ces faussetés ont pour but de nous faire installer un malware tel que AZORult. Ce logiciel malveillant se propage depuis 2016 et a pour but de voler de nombreuses informations sur notre appareil.

Google et Apple ont déjà restreint les recherches sur le coronavirus sur leur catalogue d’applications et scrutent davantage celles-ci afin que des applications malveillantes ne s’y retrouvent pas.

Malgré cela, les pirates utilisent en autre la première stratégie avancée précédemment, soit les faux courriels pour inviter à installer ces fausses applications ou solutions pour suivre le coronavirus.

Dans tous les cas, non seulement la vigilance est-elle de mise, mais il important également de consulter des sources fiables.

Si l’on veut suivre l’évolution du coronavirus, il faut le faire via de grands médias d’information (Radio-Canada, La Presse, etc.) et sur des organisations officielles de la santé telles que l’OMS ou le site du gouvernement du Québec.

Des hackers utilisent le coronavirus pour propager un malware

Évitez ce faux site qui invite à installer une carte sur la COVID-19

Rançongiciel Coronavirus Tracker: comment déverrouiller son téléphone