Journée mondiale sans Facebook: on fait une pause

Le 28 février, c'est la journée mondiale sans Facebook.

Cette année, c'est la troisième édition de ce 24hrs sans se brancher au réseau social.

L'idée, c'est de prendre un peu de recul face à ce médium virtuel.

On le visite d'innombrables fois par jour. On apprend à connaitre nos amis par le biais du virtuel, sans même leur parler. On affiche, sans se poser de questions, des tonnes d'informations sur notre vie privée. Et sans penser aux conséquences, Facebook vient totalement redéfinir notre définition du lien d'amitié et du mot «social».

Plus que ça, cette initiative a aussi comme but de montrer à Facebook que ses utilisateurs peuvent s'unir pour se faire entendre, car Facebook, ce n'est pas qu'une histoire de succès...

La censure s'invite graduellement dans la bête, les arnaques, virus et cas de fraude se multiplient et au final, Facebook puise, sans demander la permission, des quantités incroyables de données à partir des profils des usagers.

Bref, l'idée est aussi de faire réaliser à Facebook que ses utilisateurs ne sont pas toujours en total accord avec ce qu'on leur impose et qu'ils sont capables de se rassembler pour se faire entendre.

La censure de plus en plus présente sur Facebook

Facebook multiplie graduellement les décisions enrageantes à l'égard des usagers. À titre d'exemple, les organisateurs de la journée mondiale sans Facebook avaient créé des pages Évènement. Facebook a fermé les pages en anglais, en français et en espagnol.

Récemment, un artiste danois avait mis sur sa page, une photo du tableau L'origine du monde. Le tableau de Gustave Courbet, qui montre un sexe féminin, a suffisamment choqué les modérateurs Facebook pour que l'on ferme la page de l'artiste.

Et que dire des pages qui parlent de l'allaitement qui se voit fermées parce qu'elles exposent des photos de mères en train d'allaiter, images considérées indécentes par Facebook.

Facebook, sous ses airs de plate-forme branchée et actuelle, remplie de bonne volonté, qui ne veut que le bien de ses usagers, se dévoile de plus en plus comme un intransigeant mastodonte qui n'en fait qu'à sa tête.

Facebook a atteint un sommet

Facebook devra quand même faire attention. Les usagers commencent à en avoir ras le bol. De plus en plus de gens se mobilisent contre Facebook, dénoncent les décisions de l'entreprise et la confusion ne cesse de grandir devant les problèmes de sécurité que génère le réseau social.

Le nombre d'usagers n'augmente pas aussi vite qu'avant, les critiques se font plus nombreuses et déjà, on cherche à imaginer ce que sera l'après-Facebook.

Et puis même si on parle de 500 millions d'utilisateurs, entendons-nous, ça inclut un nombre incalculable de comptes inactifs. Des curieux, qui sont allés sur Facebook, n'ont pas aimé l'expérience et ont gardé le compte ouvert ou d'autre, qui ont quitté le bateau sans ramasser leurs bagages.

Top 5 des chroniques sur Facebook

Voici cinq chroniques qui concernent Facebook, parues sur FrancoisCharron.com. Celles-ci ont été rédigées en réponse à de nombreux courriels d'internautes aux prises avec des problèmes ou des questions concernant le réseau social.

Bloqué par Facebook : quoi faire

Vol d'identité : Un crime? La prison? Se défendre!

Diffamation ou harcèlement sur Facebook : quoi faire?

Comment désactiver ou supprimer définitivement un compte Facebook?

Virus sur Facebook : comment l'éviter

Votre commerce ou entreprise sur Facebook?

Le mur, sur votre page Facebook, peut effectivement être l'endroit où se multiplieront les éloges à l'égard de votre entreprise, mais malheureusement, c'est aussi là que des clients insatisfaits iront publier leurs frustrations.

Un resto à la réputation impeccable qui se retrouve en gestion de crise parce qu'un «ami» Facebook a critiqué le service médiocre d'une nouvelle serveuse, ce n'est pas quelque chose d'inusité. C'est la réalité.

Assurez-vous, en créant un compte Facebook, que vous êtes prêt à faire face à la musique, que vous maitriser les autres moyens de communication virtuels et surtout que vous aurez suffisamment de temps à consacrer à votre page sur le réseau social. Rien de pire que de laisser dégénérer une série de commentaires négatifs sans intervenir.

N'oubliez pas, sur Facebook, l'information voyage très vite. Soyez vigilants.

Il y a un monde entre la théorie du "communiquez avec vos clients par les réseaux sociaux" et le... vivre le "dark side" du 2.0 :)